Comment retrouver son bien-être avec le jeûne intermittent

Comment retrouver son bien-être avec le jeûne intermittent

Le jeûne, pratique ancestrale qui consiste à se priver volontairement de nourriture pendant une période donnée, revient sur le devant de la scène scientifique. Jeûner aurait des effets bénéfiques incroyables sur la santé.

Cette pratique est en passe de devenir en Allemagne ou en Russie, une alternative aux traitements médicamenteux.

À côté du jeûne traditionnel qui n’autorise aucune nourriture et qui demande un suivi médical, le jeûne intermittent est plus facile à mettre en place à la maison et les bienfaits sont tout aussi visibles.

Qu’est-ce que le jeûne intermittent ?


Depuis qu’on le sait bénéfique pour la santé, le jeûne a désormais dépassé la notion religieuse et touche un public plus large.

Moins restrictif que le jeûne traditionnel, la nourriture y est autorisée.

Concrètement, il s’agit de manger par « plages horaires » bien définies. Par exemple, si vous manger à 20 h, vous allez vous astreinte une période de 16 h ou 24 h sans manger. Cela revient à prendre un repas par jour ou un repas plus une petite collation.

Comme pour le jeûne traditionnel, il faut boire entre 2 et 2,5 litres d’eau par jour. La consommation de liquide étant primordiale pour le corps, certains patients opteront ainsi pour un bouillon ou une soupe journalière.

La difficulté


Les quatre premiers jours sont les plus difficiles.

Le corps se purge littéralement et se nettoie. Cette période est la plus désagréable, car nous n’avons plus du tout l’habitude d’avoir faim et de ressentir le manque de nourriture.

Pourtant, le corps humain est une machine extraordinaire qui s’autorégule très vite. Au bout du deuxième jour de jeûne, le patient peut ressentir un sentiment de bien-être. Le troisième et quatrième jour sont un peu plus compliqués à aborder. Le corps doit passer par une crise d’acidose. Cette crise se résume à une adaptation un peu violente, on vous l’accorde, mais qui passe rapidement.

Vous pouvez ressentir, par exemple des symptômes qui se rapprochent d’une migraine avec des vomissements et un mal de ventre. Malgré tout, la crise d’acidose est complètement normale, surmontable et n’a aucun effet néfaste sur la santé.

Quand et pourquoi le pratiquer


Le jeûne n’est pas répertorié dans la catégorie des régimes. Pourtant, bien plus sain à pratiquer et meilleur pour la santé, le jeûne intermittent est le meilleur allié pour perdre du poids rapidement tout en offrant au corps un nettoyage purificateur.

Bien sûr, pas besoin d’avoir quelques kilos à perdre pour commencer un jeûne. En s’autorisant à manger une fois par jour, un repas équilibré bien entendu, tout le monde peut s’y mettre. Hommes, femmes, personnes âgées ou ado. Les risques sont très limités puisque vous continuez à donner au corps l’énergie dont il a besoin.

Sans le nommer, nos ancêtres pratiquaient le jeûne intermittent. À l’époque où il n’y avait pas de frigo à portée de main, les hommes devaient attendre de rentrer de la chasse et de la cueillette pour se mettre à table. Pas de petit-déjeuner non plus pour nos aïeux !

Le premier repas de la journée, qui veut dire littéralement « Casser le jeûne » est apparu en même temps que l’industrialisation de la société.

En prônant l’argument santé, les pros du marketing ont réussi à nous faire croire que le petit déjeuner était le repas le plus important de la journée, ce qui n’est pas exact au regard de notre histoire et de nos gènes.

Les bienfaits du jeûne intermittent


Un jeûne bien suivi ne présente aucun danger pour la santé, mieux, il soigne !

Allergie, asthme, diabète… la liste des maladies qui peuvent être traitées partiellement par le jeûne est longue.

À noter que ces troubles qui se sont multipliés ces dernières décennies ont un lien avec la sédentarisation et l’alimentation industrielle.

Si le corps peut se passer de nourriture pendant un certain temps, il ne peut, en revanche, pas se passer d’eau pendant plus de trois jours. Au-delà, c’est simple, les organes arrêtent tout simplement de fonctionner les uns après les autres.

Pendant un jeûne, pour combler le manque de nourriture et d’eau que nous ingurgitons, les patients doivent boire entre 2 et 3 litres selon les médecins. Si vous souhaitez commencer un jeûne dans un centre de santé, une équipe médicale dédiée au bien-être des patients va veiller à vos besoins.

Boire autant d’eau à un avantage, vous allez rajeunir ! Et pas besoin de crème miracle antirides. L’eau est en effet, le premier facteur à prendre en compte pour avoir une jolie peau bien hydratée.

Types de jeûne intermittent

Types de jeûne intermittent


Si le jeûne intermittent est plus souple, il n’autorise généralement pas le petit déjeuner le matin. Sous peine bien sûr de ne pas succomber à quelques snacks qui traînent dans la cuisine.

Il y a trois types de jeûnes intermittents qui correspondent à différents horaires de la journée. On vous explique tout.

Le jeûne 16-8

Idéal pour commencer en douceur.

Si vous avez pour habitude de sauter le petit déjeuner, vous faites déjà sans le savoir un petit jeûne intermittent. En effet, si vous avez mangé vers 20 h pour le dîner, votre prochain repas sera probablement autour de midi ou 13 h. Ce qui fait une pause de plus de 16 h.

Vous pouvez donc avoir déjà fait des jeûnes intermittents sans même vous en rendre compte !

Les horaires 17-7

Même principe que le 16-8 tout en jeûnant une heure de plus.

Pour un repas pris à 20 h, il vous faudra attendre le lendemain après 13 h pour vous mettre à table.

Les horaires 18-6

Même principe que le 16-8 et le 17-7 en ajoutant une heure en plus.

Pour un repas pris à 20 h, on va prendre un déjeuner tardif aux alentours de 14 h ou 15 h.

Le jeûne du week-end

Et oui, il y a des jeûneurs du dimanche !

S’il vous est impossible de jeûner en semaine, vous serez peut-être convaincu par l’approche anglo-saxonne.

Mangez comme vous en avez l’habitude en semaine et pratiquez un jeûne complet de deux jours le week-end.

Les plages horaires ne se comptent alors pas en heures, mais en jours, cette méthode connue sous le nom 5-2 est populaire chez nos cousins d’outre-manche.

L’inconvénient de jeûner le week-end, c’est bien sûr de rater un bon repas de famille et l’occasion de se faire plaisir.

Libre à vous de choisir la méthode de jeûne intermittent qui vous va le mieux. Pensez seulement à opter pour un repas léger lorsque vous mangez. Une salade sera parfaite en été et une soupe vous fera un bien fou en hiver.

Avaler un succulent dîner gastronomique est tentant après une période de privation, mais votre corps n’appréciera pas du tout. En s’habituant à une alimentation restreinte, il met en place un système de protection des organes et de distribution d’énergie complexe.

Lui imposer un repas trop riche provoquerait un stress et annulerait tous les bienfaits du jeûne. Ça serait dommage de gâcher vos efforts si près du but !

Jeûne intermittent et musculation


Privé(e) de nourriture oui, mais pas de sport.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le sport et en particulier la musculation douce est conseillé lors d’un jeûne.

C’est aussi le moment intéressant où vous allez découvrir de nouvelles capacités et allez en apprendre plus sur votre organisme.

Sans danger, le jeûne augmenterait les fonctions cognitives, cérébrales et physiques. Néanmoins, avant de vous lancer à l’aventure, il est prudent de demander conseil à votre médecin.

Si vous voulez en savoir plus sur cette pratique, on vous conseille le documentaire disponible en rediffusion sur Arte : Le Jeûne, une nouvelle thérapie.

[embedit snippet= »wffr-jeune-intermittent2020″]


Maintenant que vous en savez plus sur les types de jeunes, allez-vous vous laisser tenter par cette aventure ?