Une approche bienveillante : dépasser la crise existentielle

Une approche bienveillante : dépasser la crise existentielle

On peut tous en passer par là, mais quelles sont les pistes pour accueillir intelligemment ces passages de vie incontournables ?

Comment les vivre au mieux et en ressortir transformé ?

Qu’est-ce qu’une crise existentielle ?


La plus connue est la crise de la quarantaine, mais on peut avoir ce genre de moment à différentes périodes de sa vie.

On peut vivre l’approche de cette échéance avec angoisse, et mal accepter d’y être confronté.

Qu’est-ce que l’angoisse existentielle ?

Quelqu’un d’anxieux pourrait laisser s’exprimer ses peurs intérieures et subir un pic d’angoisse.

Il ne semble pas y avoir un moment spécifique pour cela : on traîne ça et parfois ça déborde et plus rien ne va ! La crise existentielle rejoint ce fonctionnement : on a du mal à vivre un moment de sa vie.

Le livre « Yoga et la quête pour le vrai soi » dépeint très bien ce phénomène.

Stephen Cope, l’auteur, se retrouve face à un grand vide : après avoir accumulé pas mal de déceptions, il se retrouve fatigué et déçu de sa vie. Il ne trouve plus de sens à sa vie et a développé le sentiment d’en être le captif.

Constatant cette profonde lassitude, il s’est lancé dans une quête spirituelle où il a exploré le Yoga. Le Yoga n’est pas une suite de mouvements. Les mouvements sont les Asanas.

Le Yoga va au-delà de ça : c’est un chemin de libération, une pratique spirituelle, qui existe depuis plus de 4 000 ans.

Stephen Cope part donc dans cette quête de sens et y trouve des réponses : il réalise à quel point on s’investit dans notre faux soi, celui qu’on doit être en société, et si peu envers qui on est réellement.

La société nous pousse à suivre le mouvement, respecter les normes en vigueur à telle époque ou tel endroit, à rentrer dans le moule… À tel point que parfois on s’en oublie et on se délaisse soit même.

Crise identitaire


Le travail peut nous prendre une grande partie de notre vie, à tel point que certaines personnes « deviennent » leur travail : leur identité se résume essentiellement à ça !

C’est surtout vrai en Amérique par exemple, où les gens sont fiers d’annoncer qu’ils « travaillent dur » et d’annoncer qu’ils travaillent 60… 80… 100 heures par semaine !

Cela laisse peu de temps pour soi, c’est certain.

La crise existentielle peut être vécue comme simplement une occasion de faire un bilan ponctuel, mais parfois ça ira dans une véritable crise personnelle qui peut réellement nous mettre à mal.

Le fondateur de Mindvalley, Vishen Lakhiani, affirme que nous pouvons utiliser notre douleur et nos difficultés comme carburant pour accomplir notre mission de vie et créer quelque chose de plus grand dans le monde.

Il a aussi souvent fait part qu’il a eu un gros passage à vide :

Entre l’écriture de son livre, et la gestion de sa société, il a été particulièrement sollicité et n’avait pas le temps de s’occuper de lui.

Il a fini par prendre du ventre, avoir sa vue qui baisse et commencé à perdre ses cheveux !

En suivant les experts triés sur le volet de Mindvalley, il a su se reprendre en main globalement. Lui et sa société sont à présent au top de leur forme !

signes crise existentielle

Signes de crise existentielle


Chaque occasion de ce type nous pousse à réfléchir à notre vie actuelle.

Voici quelques exemples de signes d’une crise existentielle :

  1. Des questions qui nous trottent dans la tête (qu’avons-nous réussi ? Qu’avons-nous loupé ?)
  2. Dépression : une dépression est une déprime qui s’installe durablement.
  3. Ruminer des douleurs du passé
  4. Un mal-être qui traîne

Dépression existentielle

S’il s’agit juste de faire le point à un moment particulier de votre vie, c’est tout à fait normal et très constructif. Mais si vous vous maltraitez vous-même, car vos résultats ne vous satisfont pas, c’est une tout autre chose.

Comment s’en sortir ?


On se formalise de ces passages parce que ce sont des étapes symboliques de notre vie.

Tout ce qui peut vous permettre de prendre du recul sur la vie vous aidera à y voir plus clair et à moins dramatiser des choses qui de toute façon sont passées.

Trouvez ce qui est le plus pertinent pour vous : une marche dans la forêt, faire de la relaxation, écouter un morceau de musique planant, etc.

Faites-vous du bien, l’estime personnelle et l’amour de soi sont toujours bons à prendre dans ces moments-là. Ne serait-ce pas le moment de revoir votre film préféré ?

Certains chercheront une grande cause à défendre et s’y investiront.

D’autres travaillent dans des secteurs où on aide les personnes en difficulté, toutes sortes d’associations caritatives existent.

Et à l’instar de l’auteur cité en exemple, vous pourriez aussi très certainement trouver des réponses dans la pratique du Yoga et des Asanas.

Il est possible de se servir de cette crise existentielle pour passer à un niveau supérieur.

Chaque occasion de ce type nous pousse à réfléchir à si on utilise bien ou non notre potentiel.

Il est primordial de réaliser qu’on ne peut rien faire par rapport au passé, et qu’on ne peut pas non plus directement agir sur le futur. Cela semble évident bien sûr et pourtant la tentation est forte de rester plongée dans de mauvais souvenirs.

Cela n’a strictement aucun intérêt.

Ce qui plombe votre moral n’a rien à faire dans votre vie. Concentrez-vous sur ce sur quoi vous avez le contrôle : votre présent !

C’est en mettant votre temps et votre énergie sur les choses pertinentes que vous allez pouvoir vous dépasser.

Que vous ayez 20 ou 60 ans, il est toujours temps d’améliorer votre vie pour ne rien regretter plus tard.

Ne loupez pas le créneau !

Liste de livres à recommander :

  1. Yoga and the Quest for the True Self  – Stephen Cope
  2. Le code d’une vie extraordinaire – Vishen Lakhiani
[embedit snippet= »lbofr-generic2020″]

Avez-vous déjà vécu ça ? Comment avez-vous passé le cap ?